Méditer au cinéma

Conférence – 2 à 3h

Durée :   modulable 2h à 3 heures

Public : adultes

Conférence par Théo Semet

 

Il suffit de voir des spectateurs sortir d’une salle de cinéma et de comparer leurs visages à ceux du public qui attend pour le prochain film pour constater que les deux groupes ne sont pas dans la même humeur, le même rythme, la même énergie diraient certains. Ils n’ont pas non-plus la même disponibilité. Ce n’est pas pour rien si les débats post-projection sont souvent difficiles à lancer, de nombreux spectateurs étant réticents à parler d’un film juste après l’avoir vu. Il y a là quelque chose de l’ordre de l’intimité qui prouve la force du cinéma sur notre état intérieur.

Nous avons sans doute tous déjà fait cette expérience, en sortant d’une séance de cinéma, que quelque chose du film persistait en dehors de la salle. Quelque chose comme une humeur, mais peut-être plus encore, comme un mode de perception de la réalité qui nous entoure. Sous l’emprise de ce phénomène, nous faisons l’expérience d’un état modifié de conscience (EMC), tels que sont les états suscités par l’hypnose, le rêve ou la méditation.

Grâce à ce pouvoir de l’image audiovisuelle, la société de consommation induit en nous une réalité vécue sous les signes du besoin d’acheter, d’aller vite, de tout contrôler, de cultiver la performance et la compétition, en créant des réflexes mentaux qui stressent nos vies. Certains films nous aident à nous détacher de ces réflexes et à vivre au présent, à déguster les expériences quotidiennes offertes par nos cinq sens, afin de retrouver en premier lieu la simple satisfaction de vivre et de ressentir.

Cette conférence-projection permet d’accompagner le public dans la découverte d’un cinéma souvent méconnu et de comprendre comment le visionnage de ces films peut appuyer une démarche de méditation (nul besoin de la pratiquer ou d’en être spécialiste pour suivre), voire constituer un type de méditation en soi. Nous verrons aussi comment la réalisation de films, individuellement chez soi, sans grands moyens, peut s’inscrire dans une telle démarche.

 

Print Friendly