Théo Semet

« Parallèlement au cinéma et autres expérimentations sporadiques (photos, dessins, art vidéo, poésie), il développe un univers musical constitué de divers instruments, si possibles étranges ou modifiés, de bruitages et de sa propre voix… »

Théo SEMET aime toucher à tout. Dans les domaines du cinéma et de l’audiovisuel, il s’essaye d’abord à différents postes en tournage ; développe une activité de réalisateur en auto-entrepreneur qui l’amène à filmer et monter lui-même un certain nombre de films de commandes (notamment un documentaire sur le tournage du premier long-métrage de Guillaume Levil Une Lettre ne s’écrit pas en 2014) ; et réalise en auto-production des films de fiction, expérimentaux et d’animation. Cette dernière technique fera l’objet d’une autre activité professionnelle régulière : enseigner la pratique du cinéma d’animation traditionnel, en se basant sur un travail approfondi de recherche universitaire mêlant théorie et rencontres avec les créateurs, qui donna lieu à la rédaction d’un mémoire récompensé par un master mention très bien à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint Denis, et au projet d’une publication issue de ce travail.

Parallèlement au cinéma et autres expérimentations sporadiques (photos, dessins, art vidéo, poésie), il développe un univers musical constitué de divers instruments, si possibles étranges ou modifiés, de bruitages et de sa propre voix, inspiré à la fois par Tom Waits, la musique contemporaine, et des pincées de musiques du monde, jazz ou encore trip hop… En 2016, il interprète sur scène sa musique pour le spectacle de marionnettes Marais, la nuit, et travaille actuellement aux bandes sonores de deux courts métrages d’animation.

Désireux de s’emparer des technologies récentes et anciennes qui permettent aux arts de s’entremêler, il a à cœur de croiser l’animation avec d’autres disciplines lors de stages-laboratoires.

http://theosemet.weebly.com/

 

Ses propositions :

 

 

Print Friendly