Créer un film d’animation initiation

Public scolaire – Enfants et ados – sur l’année – 10 jours – classe entière
Pourquoi ?

Le cinéma d’animation est une discipline transversale, à la fois technique et art plastique, pictural et audiovisuel, mettant en œuvre au service dd chaque projet tout un faisceau de compétences allant de l’écriture et du dessin à la musique et au modelage en passant par la maîtrise des outils de prise de vue et de son.

Les nouvelles technologies ayant démocratisé l’usage des outils de travail sur le son et l’image, il devient aujourd’hui possible d’initier facilement, avec des moyens modestes un grand nombre d’enfants et d’adultes au plaisir magique d’animer.

Il s’agit de créer le mouvement, d’apprendre à maîtriser l’espace et le temps pour faire vivre des dessins, des peintures, des marionnettes ou des objets habituellement inanimés qui raconteront à l’écran des histoires imaginaires dans lesquelles toutes les fantaisies sont possibles.

Il s’agit aussi d’apprendre, par la pratique de cet art, à transmettre, à communiquer un message ou une idée simple par le déroulement de l’image et du son, et donc à s’approprier le langage audiovisuel de base afin d’être compris du plus grand nombre.

Il s’agit enfin d’apprendre à se répartir les tâches pour parvenir à fabriquer un film dans nos délais, de se faire mutuellement confiance et de se déléguer les responsabilités, techniques et artistiques, et valoriser les compétences spécifiques de chaque membre de l’équipe au service du projet commun.

Un film d’animation est toujours une œuvre collective.

Comment ?

Partant d’une ou plusieurs idées, l’objectif de chacun des ateliers sera d’aboutir à un film terminé, d’une à deux minutes.

L’apprentissage des étapes, de l’usage des outils, des « trucs » techniques est conditionné par l’objectif, le défi à relever qui reste de finir le film conformément au scénario.

Ainsi, l’enseignement se cristallise pour chacun des participants dans un objet fini, à forte valeur affective et émotionnelle, qui reste leur « œuvre » collective.

Ce chapitre reprend les grandes étapes d’un atelier complet de type « atelier scolaire » pour une classe complète sur 10 jours.
Les 5 premiers jours sont étalés au long de l’année scolaire, permettant à l’enseignant de s’appuyer sur ce travail pour s’en servir de support à d’autres enseignements.
Les 5 derniers jours (tournage) sont concentrés sur une semaine complète (5X6H)
La nécessaire rotation des équipes sur les plateaux de tournage permet de faire en sorte que sur la durée de l’atelier, chaque enfant ne soit pleinement occupé et concentré que 16 demi-journées, avec 2 jours de repos, en plus du week-end inclus dans le séjour.

JOUR 1 introduction

1. Persistance rétinienne, temps et espace, les bases de l’animation, les différentes techniques.

Par des jeux optiques simples, les participants sont invités à découvrir ou à redécouvrir le principe de la persistance rétinienne.
Une projection de films d’animations réalisés en différentes techniques (dessin animé, papier découpé, pâte à modeler, marionnettes, pixillation de personnes et d’objets, poudres et peintures animées) permet d’envisager l’étendue et la diversité des modes d’expression de l’art de l’animation.
Enfin par l’expérimentation directe, sur un mode ludique, les participants sont invités à expérimenter les notions d’accélération, d’amorti, et de rythme.
Au cours de cette journée, les enfants auront fabriqué des jeux optiques (Folioscopes, thaumatropes, zootropes, etc.) et auront compris par la pratique les grands principes de l’animation d’objets.

JOUR 2

2. Écriture d’un scénario de film d’animation.

-Sur un thème défini à l’avance ou sur place, les participants écrivent une histoire en tenant compte des contraintes de durée (que peut-on dire en une à deux minutes ?).
Divisé en groupe de trois à quatre personnes, chaque groupe élabore une histoire, puis la raconte à tous, chaque histoire est commentée, analysée et mise en place rapidement.
Le choix se porte sur l’histoire la plus convaincante pour la majorité des participants.
Ensuite les participants travaillent sur l’écriture de leur scénario, au présent, découpé en séquences.
On commencera à aborder les questions de découpage de l’action et de description des personnages et des décors.
Articulée autour de la production d’une histoire écrite sous la forme d’un scénario, cette journée sera l’occasion de comprendre par la pratique les spécificités de l’écriture pour l’audiovisuel. Des jeux autour d’extraits de films (compter les plans, raconter les actions, réfléchir sur la différence entre ce qui est montré et ce qui est ressenti…) permettent d’acquérir ces notions de façon ludique et participative.

JOUR 3

3. Création des personnages et des décors

En se basant sur les descriptions des personnages et des décors, les participants commencent par dessiner, peindre ou modeler les personnages et les décors afin d’en créer l’apparence désirée.
Ces recherches graphiques et plastiques aboutissent à la définition de la ligne esthétique, ainsi que de l’ambiance générale du film (couleurs, style, éclairage, etc…).
Elles permettent aussi de lister le matériel nécessaire à la fabrication et au tournage du projet, et de préciser un certain nombre de choix techniques.

Le but de cette demi-journée n’est pas de fabriquer les éléments nécessaires au film, mais plutôt de définir par la pratique (dessin, modelage, peinture) les caractéristiques esthétiques du film, de ses acteurs et de ses décors (couleurs, technique, etc..).

4. Le découpage cinématographique, Réalisation d’un scénarimage (Story-Board)

Reprenant le scénario découpé, les participants, accompagnés par les intervenants, réalisent un scénarimage de leur film (dessiner chaque scène, estimer sa durée et en décrire l’action, le son).
On commencera à cette étape à chronométrer précisément la durée de chaque action et à préparer les feuilles d’expositions (la partition en nombre d’image de chaque mouvement à l’intérieur de chacun des scènes).
On définira aussi un plan de tournage, le nombre de plateaux nécessaires, et la répartition des tâches.

Forts du travail de la veille sur l’analyse d’extraits de films, cette demi journée sera pour les enfants l’occasion de mettre ces connaissances au service de leur propre projet, d’en dessiner chaque scène, de s’interroger sur le déroulement de chaque action et d’en prévoir la mise en œuvre.

JOUR 4

5. Fabrication des décors, personnages et accessoires.

À partir du scénarimage et des recherches graphiques, les participants fabriquent tous les éléments nécessaires au tournage (personnages, décors, accessoires…) en fonction des contraintes techniques (dimensions, armatures, comment construire et fabriquer).

C’est une journée de travaux manuels appliqués, il s’agit de construire tous les éléments nécessaires au tournage en fonction du scénarimage et que ceux-ci soient utilisables (solides et stables), l’atelier devient une ruche. Les tabliers et la douche du soir sont souvent bien utiles !

JOURS 5 à 9 (5 jours)

6. Tournage et enregistrement des sons

À partir du plan de tournage, les participants installent le ou les plateaux de tournage, (décors, éclairage, personnages) font le cadre et commencent le tournage des scènes, qui se fait image par image.
Pour chaque plateau, il faut au moins : 1 animateur pour chaque personnage à animer, une personne à la capture d’image, et une autre à la vérification de la feuille d’exposition.
Chaque plateau occupe donc en permanence de trois à six personnes.
Chaque participant peut s’il le souhaite changer de rôle en fonction des scènes à tourner.
On installera entre deux et trois plateaux.
Pendant ce temps, les participants qui ne seront pas occupés au tournage s’occuperont de l’enregistrement et de la collecte des sons nécessaires au film, de la mise en page de la jaquette pour la cassette et le CD, et de la préparation du générique.
Par roulement, chaque participant expérimentera tous les rôles.
La concentration nécessaire à cette étape du travail étant importante, il est souhaitable de l’articuler avec des activités de plein air, organisée par des animateurs en parallèle, chaque enfant pouvant aller respirer et se défouler à la fin du tournage d’un plan.

Ces 5 jours sont le cœur du processus, le temps de la réalisation concrète du film. Les plans sont tournés chaque jour, en fonction du plan de tournage, pas nécessairement dans l’ordre chronologique de l’histoire. Chaque soir, l’équipe se réunie pour regarder les plans tournés dans la journée.
C’est le moment magique où l’histoire écrite et dessinée prend vie à l’écran.

JOUR 10

8. Montage Image et Son, et projection publique.

Il est prévu de travailler par groupe de 3 au montage des éléments images et son, puis d’en comparer les différentes versions.
À cette étape, on apprendra aussi comment exporter le film en direction d’Internet.

Étape technique, le montage est aussi le temps de la remise en question du découpage initialement prévu, le moment où les notions de rythme et de musicalité du film sont perceptibles, il s’agit aussi de la finalisation par l’équipe de son projet.

Enfin, nous organiserons une projection publique du film sur écran, devant les autres enfants de l’école, devant les parents ou les habitants de la localité d’accueil.

Cette étape est particulièrement importante, car elle permet de conclure le travail de l’atelier, de ressentir clairement que le film, à partir du moment où il est projeté devant un public, lui appartient peut-être plus qu’il n’appartient à ses auteurs.
C’est aussi l’occasion de voir comment le film est perçu et compris par ceux qui n’ont pas participé à son élaboration.

Diffusion

Dés qu’un film est terminé, il sera diffusé sur Internet sur un site dédié, librement partageable en copyleft.

Exemples de films réalisés dans ce dispositif :

Les aventuriers de la ligne b

 

 

Print Friendly